Sous l’ombre de ma blanche plume

C’est la mélodie visuelle des mots

Un panache sensuel formant l’écume

Qu’on savoure sans laisser d’os

Je veux encrer le son de mes notes

Composer des notes et faire le camelot

Vendre du rêve non pas aux hôtes

Non pas aux nobles écrivains

Mais aux écrivains de la noble écriture

Je veux louer de ma religion, les saints

Médire les maldisants, de mots durs

Inventez des mots à mesure que je dis

Ces mêmes mots qui des vies, en inventent

User de l’imparfait du subjonctif,

Que je fuisse bien qu’au présent je me vente

Sachant qu’étant humain je suis imparfait

Dire de gros mots, non pas vulgaire

Mais vulgariser ma non-vulgarité, d’un trait

Zigouiller des ligaments, étouffer des nerfs

Être fier et me surprendre sans comprendre

Que mes parnasses n’ont aucun sens

Que mes paperasses vont un jour fendre

Mais que la partie romantique fera ma chance

Avec la plus belle des créatures

Qu’avec la même plume je dessine

Qui enchante mes rêves de ses courbures

Que je rencontre seulement quand j’hallucine

Oui je viens d’écrire 28 vers de 187 mots

Simultanément sans règles d’écritures

Et je pourrai continuer, étouffer mon bloc-notes

D’encre, étouffer mon stylo jusqu’à fissures

Mais c’est l’avant dernière ligne du cahier

Et sur ce dernier, j’aimerais bien finir en « ier ».

 

Publicités

Publié par Dustylo

Passionné d'écriture et d'informatique. Calme et très souvent rêveur, source d’ailleurs de mon inspiration la plupart du temps.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s